Axes de recherche transversaux |

Traductions : émergence de l'Asie et « début de la modernité »

Cet axe entend renouveler la question en développement de la traduction en sciences sociales en s’appuyant d’une part sur les résultats du projet lancé depuis 2003 par le Centre Corée sur ce thème et, d’autre part, sur les potentialités d’une problématique structurée autour de la question de l’émergence de l’Asie orientale.

Objectifs

L’insertion brutale de l’Asie orientale dans un monde dominé par les puissances coloniales européennes à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, constitua une rupture culturelle majeure imposant rapidement l’idée d’une césure chronologique forte entre un « avant » et un « après » l’ouverture sur l’Occident. La question de la définition et de la catégorisation de ce « passé proche » (kinsei/ jinshi (近世) qui avait précédé l’intrusion massive de la culture et de la technologie occidentale, fut stimulée par la modernisation des sciences historiques et politiques. Le « passé proche » qui se terminait dans la première moitié du XIXe siècle devenait dés lors une époque qu’il fallait caractériser par rapport aux catégories de l’histoire occidentale. Au Japon, la réflexion sur la période d’Edo s’amorce avec les débuts de l’histoire économique, à l’ère Taishô (années 1910-1920), alors que parallèlement les sinologues japonais tentent d’extraire leur discipline du cadre traditionnel des histoires dynastiques. Puis à partir des années 30 et 40, le marxisme devient la référence intellectuelle dominante pour repenser l’histoire à partir du social, au Japon comme en Chine et en Corée : avec des problématiques de développement économique et d’évolution sociale devenues centrales, l’époque pré-moderne s’extrait alors définitivement du « passé proche » pour devenir une période historique à part entière, intermédiaire entre un « moyen-âge » et l’époque contemporaine.

Nous proposons au cours du prochain quinquennal de mener une réflexion historiographique à partir des textes produits par les sciences sociales japonaises, chinoises et coréenne, pour déterminer comment la notion de « kinsei/ jinshi (近世)» s’y est peu à peu constitué, quels enjeux étaient lié à sa définition, comment les conceptions de cette période pu évoluer pour qu’elle devienne à partir des années 1980, porteuse d’une « modernité » non occidentale.

En illustrant la richesse et la complexité de ces études sur la Chine, la Corée et le Japon pré-modernes, en fournissant des traductions représentatives, notre objectif n’est pas seulement de présenter en France des traditions historiographiques et des historiens inconnus ou mésestimés : il s’agit aussi de montrer par l’exemple, l’urgence pour nos propres milieux académiques de reconnaitre la nécessité de traduire des productions des sciences sociales à partir d’autres langues que l’anglais.

Thématiques principales

Trois thématiques/séquences majeures orienteront nos travaux :

  • Le « passé proche » était-il des « temps modernes » ? Genèse de la notion de « kinsei/ jinshi » (années 1910-1930)
  • Les temps marxistes et l’histoire économique et sociale (1930-1970)
  • « Régionalisation » et « globalisation » du « kinsei/ jinshi » (1980-2010)

Mise en œuvre 

Nous serons particulièrement attentifs aux influences croisées entre les écoles ou les débats des différentes historiographies nationales. Notre ambition est d’une part de donner une vision d’ensemble de l’évolution de cette notion de « kinsei/ jinshi » (« early modern ») en confrontant des historiographies plurielles, mais aussi en proposant des traductions commentées de textes rédigés par les historiens qui ont illustré cette discipline dans les trois pays d’Asie orientale. L’histoire économique et sociale, comme l’histoire politique ou des relations internationales seront prises en considération, en fonction des problématiques développées par les différents courants historiques. Nous nous intéresserons aussi à la manière dont les traductions de concepts occidentaux ont pu s’échanger entre les historiographies nationales, et s’enrichir de nouvelles significations et problématiques propres à ces dernières.

EHESS
CNRS

flux rss  Les actualités

Recrutement d'un-e post-doctorant-e dans le cadre du projet de recherche « Sphères publiques alternatives en Chine au 20e siècle »

Appel recherche - Jeudi 20 juillet 2017 - 20:00Le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC, UMR Chine Corée Japon, EHESS‐CNRS) recrute un‐e chercheur-­e post-­doctorant-­e dans le cadre du projet de recherche « Sphères publiques alternatives en Chine au 20e siècle » (coordina (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

flux rss  Les actualités

Le saké contrefait à l’époque d’Edo

Conférence - Lundi 12 juin 2017 - 16:00Conférence de Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon en 2017. Conférence en japonais sans traduction.江戸の「贋酒」商品のブランド化と偽物の出現は、世界共通の超時代的な現象であるが、時代や地域を限定することで、偽商品を通して当該社会の一端を描き出す (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

flux rss  Les actualités

A Modern Buddhist and Colonial Monument: Manufacturing the Great Head Temple T’aegosa in 1938 Downtown Seoul

Conférence - Vendredi 19 mai 2017 - 10:00Dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire d’études coréennes, Hwansoo Kim (Duke University, professeur invité de l’EHESS) présente une conférence intitulée "A Modern Buddhist and Colonial Monument: Manufacturing the Great Head Temple T’aegosa in 1938 (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CECMC
Adresse : 190-198 avenue de France 75244 Paris, France
Tel : 33 (0)149 54 20 90
Fax : 33 (0)1 49 54 20 78
Site web : http://cecmc.ehess.fr/

CRC
Adresse : 22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, France
Tel/Fax : 33 (0)1 53 70 18 76
Site web : http://crc.ehess.fr/

CRJ
Adresse : 190-198 avenue de France 75244 Paris, France
Tél. : 33 (0)1 49 54 20 90
Adresse: 105 boulevard Raspail, 75006 Paris
Tél: 01 53 10 54 07
Site web : http://crj.ehess.fr/